Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
82
CONTES D’HIER

de plomb dans la tête ? Maintenant, voulez-vous me faire un message, pour réparer votre sottise ?

— Oh ! oui, mère, fait une petite voix pitoyable.

— Qui surveille la récréation ?

— C’est mère St Colas.

— Eh bien ! demandez-lui donc qu’elle m’envoie les cinq Finissantes ici. Je reviens à l’instant. Merci.

Et preste et vive comme toujours, elle disparaît dans l’escalier qui fait face à sa classe.

Ici, cela voulait dire, dans le passage où nous sommes présentement et où je les rejoindrai. Mais Toinette n’a pas saisi ; de plus, trop troublée, elle n’a pas bien compris qui Mère demandait. Elle a dit les cinq… Les cinq quoi donc ?… Ah ! Ce doit être cinq pour le ménage ! Oui, c’est bien ce qu’elle a dit : « Cinq pour le ménage, s’il vous plaît ». Car il n’est pas rare que mère Ste Marie fasse faire le ménage de sa classe le soir ; un léger balayage, l’époussetage, le rangement des pupitres, cinq élèves y suffisent amplement, et outre le plaisir honorifique de travailler avec Mère, cela