Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
84
CONTES D’HIER

— Mais, ajouta-t-elle, incapable de retenir plus longtemps sa langue, il y en a un autre qui est là.

— Qui, un autre ?

— M. l’Aumônier.

— M. l’Aumônier ? En quel honneur ?…

— C’est Mère Supérieure qui lui a dit de vous demander, exprès pour vous voir faire le ménage.

Les petites filles sont atterrées. En voilà une idée ! Un aumônier venir présider un ménage… Jamais l’autre n’avait fait ça.

— Et qui t’a dit, essaie José, de nous demander, nous ?

— C’est mère St Colas.

Voici, en effet, la surveillante qui, voyant leur hésitation sans en soupçonner la cause, leur fait signe : « Oui, oui, allez. J’ai permis ». Il n’y a plus qu’à obéir.

À la porte de la classe, une véritable panique s’empare d’elles. Elles ne peuvent pas se décider d’entrer. Éva et Cécile se lamentent, se supplient l’une l’autre, avec un ton drôle d’autorité.