Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
86
CONTES D’HIER

qu’elles défilent devant sa tribune, gauches, embarrassées de leurs personnes, le sourire se fige sur ses lèvres et il ne peut s’empêcher de les regarder à deux fois : tout à l’heure, en lui parlant de ses Finissantes, la toute petite mère Ste Marie lui a dit, avec un fin sourire : « Il ne m’appartient pas de le leur reprocher, mais vous verrez comme elles ne sont pas grandes, nos Finissantes, cette année. Toutes les cinq au-dessous de la moyenne. On dirait des enfants. Et c’est trop curieux à constater ». C’est égal ! Il s’attendait à des mines tout autres.

Elles se sont assises deux dans la première rangée, les trois autres dans la seconde. M. l’Aumônier regarde la porte, attend un instant, puis il demande si Mère Ste Marie doit venir. Une petite voix jeunette arrive jusqu’à lui :

— Elle va venir tout-à-l’heure, je pense, M. l’Aumônier.

— Ah ! C’est parfait ! Et elle vous aura dit sans doute, pourquoi on vous réunissait ici, ce soir ? Non, vraiment ? Eh bien ! je m’en vais donc vous l’expliquer moi-même. Il n’y a rien