Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
87
LES FINISSANTES

comme de s’entendre, n’est-ce pas ? Voici : j’avais résolu de vous donner chaque semaine, le jeudi, et jusqu’aux vacances qui approchent déjà, une sorte de petit cours religieux, traitant spécialement de la vocation, sujet tout d’opportunité, puisque vous allez bientôt entrer dans la vie, et que des voix se sont certainement fait entendre dans votre âme. Je sais d’ailleurs que mon prédécesseur lui-même a fondé ces cours et qu’il y est resté fidèle, tant que ses forces ne l’ont pas trahi. Or, je ne demande qu’à reprendre les bonnes traditions, et pour ce qui est de celle-ci, j’oserais même espérer que vous ne m’en blâmerez pas, Mesdemoiselles.

À ce mot de « Mesdemoiselles », M. l’Aumônier fronce encore une fois le sourcil et se met à les regarder longuement. Tout de même en voilà des têtes de Graduées. Sous ce regard inquisiteur, Armande est devenue pourpre comme le soleil couchant, et José bat un peu des paupières. M. l’Aumônier serait-il mauvais ? Les autres de la seconde rangée se sentent plus à l’abri, Marichette a pris ce grand visage sérieux que l’espiègle réussit mieux que quiconque, et tout en ayant l’air de jeter un coup d’œil à la vitrine aux minéraux, elle