Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
91
LES FINISSANTES

Elle lui disait : « Je suis très heureuse que ma sœur Supérieure soit revenue sur sa première décision ; de cette façon, M. l’Aumônier pourra faire connaissance avec toutes les élèves et avant de lui remettre mes Finissantes pour son cours, je pourrai les préparer un peu. J’y tiens ! »

Quand elle fut partie, mère St Colas agita la clochette pour obtenir le silence, et donna ainsi ses avertissements.

— Que chacune se rende à sa place et que tout soit en ordre. M. l’Aumônier va venir passer le reste de la soirée avec vous, j’espère que vous saurez être polies, respectueuses, etc., etc.

Quelques instants plus tard, M. l’Aumônier faisait son entrée, accompagné de mère Supérieure, de mère Ste Marie, et de presque toutes les religieuses du couvent, dont quelques-unes retournèrent ensuite à la Communauté.

Tout le plaisir qu’on eut ! Il fallut prolonger la récréation d’une demi-heure, puis d’un quart d’heure encore. M. l’Aumônier n’était pas gênant pour deux sous. Il fit descendre le fauteuil de la