Page:Jaurès - Histoire socialiste, XII.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ces grandes forces actives de la République ». Puis, M. Jules Grévy est élu président et M. Rameau vice-président provisoires. Comme le Sénat elle s’ajourne ensuite au lendemain.

La France républicaine va voir à l’œuvre ses nouveaux représentants.


CHAPITRE XXVI
La République et les paysans. — France « blanche » et France « bleue ». — Le Socialisme aux champs. — Les Syndicats ouvriers. — Le Congrès de Paris. — La Jeunesse française. — La République en marche. — Nouvelle tentative de la réaction.


La défaite de la réaction, l’entrée en ligne dans les rangs de l’armée républicaine de nombreux et solides bataillons paysans donnent à la situation de la France, en 1876, un caractère tout spécial. Si les apparences sont pour solliciter une attention vigilante, pour inspirer des inquiétudes, les réalités, celles qui sont évidentes et celles que l’on devine, sont pour donner les plus sérieux espoirs. Si le Sénat tel que l’a fait la Constitution, tel que l’a formé le suffrage restreint, est, plus qu’un frein, un obstacle destiné à barrer la route aux progrès de l’idée républicaine, à faire échec aux allures trop vives du suffrage universel ; si le pouvoir exécutif est aux mains de réacteurs et de modérés anti-démocrates par tempérament et par tradition, il y a désormais, en France, une majorité républicaine qui a grossi de jour en jour, qui a résisté à toutes les pressions, qui n’a cédé ni aux menaces ni aux sollicitations et dont rien n’a pu arrêter les progrès. C’est là un phénomène nouveau ; il y a là un gage de sécurité.

Ce mouvement n’est pas le résultat d’un passager élan d’enthousiasme dont la réaction peut être aussi vive, ce qui serait bien dans la tradition française. Il a été, du reste, le résultat d’un entraînement progressif, réfléchi, lent, mais très net.

Les gouvernements de combat avaient hautement affiché la prétention de faire « marcher » la France et, en effet, elle avait marché, mais contre eux, révélant ses sentiments intimes, ses sentiments démocratiques. Elle eut, sans doute, été moins hardie si la majorité de l’Assemblée nationale eut été composée de bonapartistes : on le comprend à constater que, seule, cette faction