Page:Jaurès - Histoire socialiste, XII.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



entreprise par le gouvernement impérial ; puis, plus tard, à la tribune du Reichstag, contre l’annexion brutale de l’Alsace et de la Lorraine ? Enfin, cette guerre funeste n’était-elle pas pour démontrer, une fois de plus, combien est préférable la paix générale à ces sanglants conflits, semeurs de deuils et de ruines, auxquels participe surtout la grande masse de chaque peuple, de chair à travail subitement transformée en chair à canon ?

Aussi, la campagne entreprise contre le socialisme symbolisé par l’Association internationale des travailleurs allait-elle produire des effets bien contraires à ceux qu’en attendaient ses protagonistes. Le Congrès annuel international qui n’avait pu se tenir à Paris, par suite des événements, allait être remplacée Londres par une Conférence qui, réunie à Londres du 17 au 23 septembre, aurait pour mission de fixer la date, le lieu du prochain Congrès et d’en régler l’organisation. A ce Congrès, la France ne devait pas être la dernière à se faire représenter.


CHAPITRE IV
Centralisation et décentralisation. — Naufrage du Programme de Nancy. — Préoccupations conservatrices. — La Loi municipale. — Élection du Conseil municipal de Paris.


La lutte contre Paris révolutionnaire, contre les villes de province insurgées, dont la résistance, du reste, avait été de brève durée, n’avait pu détourner l’Assemblée nationale de toutes les préoccupations qui la hantaient. Les intrigues qui s’y nouaient, dont le but était connu, dont les diverses phases n’étaient et ne pouvaient être un secret pour personne, n’avaient pu que contribuer à exaspérer Paris, à caractériser son attitude ; il en était ainsi résulté une vive inquiétude pour la minorité sincèrement républicaine qui, toutefois, n’avait pas hésité à faire bloc, avec la majorité conspiratrice, contre les vaillants défenseurs de la République ouvertement menacée.

La Révolution du 18 Mars avait posé des problèmes et il avait fallu les aborder ; entre autres le régime à organiser pour l’administration du département et de la commune. Et ç’avait été une situation vraiment paradoxale que celle du problème de centralisation ou décentralisation et se divisant en groupements fort disparates. Qu’avait, en réalité, réclamé Paris ? Son autonomie administrative ; la gestion de ses intérêts particuliers