Page:Jaurès - Histoire socialiste, XIII.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Rossel, XI, 384 ; remplace Cluseret à la guerre, 431 ; son caractère, 432 ; il voulait faire de la garde nationale une armée de tous points semblable à celle de Versailles, 443 ; c’était aller contre l’esprit même des fédérés, 433 ; ses démêlés avec le Comité central, 434 ; eut-il une idée de dictature ? 434 ; sa démission, 435 ; son arrestation, 435 ; 436 ; 490 ; XII, 38 ; mouvement des républicains en sa faveur ; il fut inutile, 48.

Rousset, républicain lyonnais, VIII, 159.

Rossi (comte), VIII, 325 ; 425 ; sa défense du droit de l’État en matière d’enseignement, 504 ; chargé de négocier la soumission des Jésuites, 519 ; IX, 144 ; 145.

Rossignol (Élie). Histoire de l’arrondissement de Gaillac, I, tv, IV ; 1271.

Rossignol, ouvrier orfèvre ; son rôle au 20 juin, 1792 ; II, 1204 ; lieutenant-colonel en Vendée, IV, 1294 ; 1683 ; 1692 ; V, 294 ; babouviste, §09 ; 315 ; 317 ; proscrit en 1800, VI, 154.

Rostolan (général), X, 20.

Rostopchine, VI, 122.

Rothan, X, 278.

Rothschild (les), VIII, 314 ; 439 ; 496 ; IX, 11, 158, 367 ; X, 302.

Rouanet, XII, 296.

Roubaix (V.), III, 187 ; VIII, 76 ; X, 170 ; 295 ; le mouvement luddiste de 1867, 305 ; XII, 301.

Rouen (aîné), avocat, VII, 172 ; VIII, 3.

Rouen, gérant du National, 272.

Rouen (V.). Les élections à la Convention, 111, 92 ; souffre d’une disette en 1792, 265 ; comment on y remédie, 265 ; sa situation industrielle en 1811, VI, 526 ; en 1813, 530 ; manifestations de 1830, VIII, 35 ; 66 ; 73 ; 262 ; la République de 1848, IX, 15 ; émeute aux élections de 1848, 49 ; sa situation industrielle sous la deuxième République, 328 ; la propagande républicaine sous l’Empire, X, 95 ; 295 ; le développement de l’Internationale de 1868 à 1870 : Cf. Aubry.

Rouerie (Tuffin de la). Trompe son besoin d’activité en partant pour l’Amérique, I, 178 ; sa conspiration en Bretagne, III, 216 et sq.

Rouget (Pierre), administrateur du dis- trict de Louhans, I, 429.

Rouget de l’Isle, II, 1263 ; V, 112.

Rouher, ministre de Louis-Napoléon en 1849. IX, 158 ; 288 ; 289 ; 353 ; sa démission de janvier, 52, X. 34 ; 39 ; 62 ; 64 ; 252 ; sa défense de l’expédition mexicaine, 2 : 4 ; 2.17 ; 262 ; le discours sur l’Italie et Rome : « jamais », 280 ; sa lutte avec Émile Ollivier, 282 et sq ; sa victoire en juillet 1867, 283 ; 356 ; il mène le Sénat contre Ollivier, 384 ; XI, 35 ; sa défense misérable de la politique impériale contre les attaques de Thiers, 63 et sq ; 92 ; XII, 23 ; 58 ; son discours contre Gambetta, 71 ; 138 ; 140 ; 176 ; 177 ; invalidé, 196.

Rouilhac, XI, 491.

Rouillé (V.), II, 1300.

Rouiller, XI, 307.

Rouland, XI, 290.

Roumanie. L’intervention de Napoléon III, X, 1856-58, X, 106 et sq ; l’Empereur suit son effort en 1860, 132.

Rousseau (J.-J.). Son influence sur les Constituants, I, 231 ; inspirateur de la gauche de la Constituante, 371 ; ambiguïté de sa religion civile, 538 ; sa conception du christianisme, III, 247 et sq ; son influence sur l’Allemagne, 443 ; 499 ; IV, 1268 ; son équivoque sur l’État de Nature est dissipée, 1496 ; 1532 ; inspirateur de Babeuf, V, 22 ; transporté au Panthéon, 2g ; IX, 27 ; 233 ; 242 ; 249 ; 251 ; 252 ; 257.

Rousselin, orateur des sections, IV, 1198 ; ami de Danton, 1201.

Rousselin. Vie de Hoche, V, 120 ; 143 ; 384 ; 414 ; 415.

Routes. Leur développement à la fin du XVIIIe siècle, 1, 43 ; sous la République de 1848, VIII, 354.

Rouveure, IX, 308.

Rouvier, XII, 41 ; 54 ; 98 ; 216 ; 239 ; il constitue le cabinet après la chute de Goblet, 250 ; sa chute, 251 ; ministre des finances, 257.

Rouvière (François). L’aliénation des biens nationaux dans le Gard, I, 486 ; 491 ; 501 ; IV, 1774 ; V, 190.

Roux (Jacques), abbé ; son passé, son rôle en février 1793, IV, 1027 et sq ; son jeu avec Marat, io33 ; ce qu’il y a de neuf dans son effort, 1038 ; hostilité de tous les partis contre lui, 1039 ; il est rejeté de la Commune par la majorité des sections, 1044 ; son effort pour garder un point d’appui, 1046 ; 1070 ; il n’oublie pas la revendication de la misère, même dans la crise politique de mars, 1092 ; 1140 ; sa réapparition à la Commune, le 19 avril, 1247 ; 1258 ; 1259 ; sa réapparition, le 1er juin 1793, à la Commune, 1424 ; ses critiques et son manifeste sur la Constitution de 1793, insuffisante au point de vue social, 1596 ; quelle fut sa faute, 1601 ; chassé de la Convention, i6o3 ; son discours aux Cordeliers, i603 ; chassé des Cordeliers, sa protestation, 1607 ; son caractère, 1608 et sq ; incriminé à la Commune, 1610 ; 1622 ; sa conduite après la mort de Marat, 1632 ; ses efforts audacieux pour s’emparer de sa popularité, 1632 ; sa lutte contre les hébertistes, 1696 ; il se