Page:Jaurès - Les Preuves.djvu/4

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


PRÉFACE

Je réunis en volume, les articles publiés dans la Petite République, sur l’affaire Dreyfus. Je tiens d’abord à remercier les lecteurs du journal qui m’ont permis d’entrer dans le détail d’une affaire compliquée, et qui ont bien voulu me suivre dans d’assez longues déductions.

Évidemment, le prolétariat ne veut plus se tenir à des formules générales. Il a, sur l’évolution de la société, une conception d’ensemble ; et l’idée socialiste éclaire devant lui le chemin. Mais il veut aussi connaître à fond et jusque dans les moindres ressorts, le mécanisme des grands événements. Il sait que s’il ne démêle pas les intrigues compliquées de la réaction il est à la merci de tous les mensonges démagogiques : et il vient de donner la mesure de sa force intellectuelle en déjouant un complot où Rochefort était le répondant de l’abbé Garnier.

Saisir la direction générale du mouvement économique qui va vers le socialisme, et pénétrer par