Page:Jevons - La monnaie et le mécanisme de l’échange.djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE XXII
la banque des chèques.


Le système des chèques et des compensations, tel que nous l’avons considéré jusqu’ici, n’est appliqué que pour le règlement des paiements considérables. On ne peut jouir des avantages qu’il présente que si l’on a un compte chez un banquier, et pour cela il faut disposer d’une certaine somme d’argent, avoir une position assez bonne, et assez de crédit pour qu’un banquier vous confie un carnet de chèques. Il en résulte que la plus grande partie de la population reste entièrement en dehors de ce système, et se trouve obligée, pour faire ses paiements, d’employer les espèces, les timbres-poste, ou les mandats sur la poste.

On fait actuellement une tentative très-ingénieuse pour faire profiter les masses de ces avantages des banques, pur l’institution d’une Banque de Chèques. Pendant que je préparais les matériaux de ce livre, j’ai été extrêmement frappé de la manière dont cette nouvelle banque est appropriée à son but qui est de compléter par en bas le système des chèques et du Clearing. Je me suis donc adressé à M. James Hertz, auteur de ce projet remarquable, pour lui demander des renseignements à ce sujet, et il m’a fourni les moyens d’en faire une étude approfondie.

Actuellement le côté faible du carnet de chèques ordinaire, c’est qu’une personne, une fois pourvue d’un carnet de chè-