Page:Jevons - La monnaie et le mécanisme de l’échange.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


métal, il fit naturellement usage de son sceau pour informer ses sujets du fait, exactement comme aujourd’hui, à Golds-miths' Hall, on se sert d’un petit poinçon pour certifier sur la vaisselle plate le titre du métal. Dans les monnaies primitives on ne cherchait pas à façonner le métal de manière que le poids n’en pût être changé sans une altération de l’empreinte ou du dessin. Les premières monnaies frappées soit en Lydie, soit dans le Péloponnèse, n’étaient frappées que d’un côté. La monnaie persane appelée larin, consiste en un fil cylindrique d’argent, long de six centimètres environ, qui est ployé en deux, et porte une empreinte à un endroit aplati pour la recevoir. C’est probablement un sou-venir de la monnaie en bagues. En Chine la monnaie actuelle se compose en grande partie de ce qu’on appelle sycee silver ; ce sont de petits lingots d’argent en forme de soulier, contrôlés et marqués par le gouvernement.

qu’est-ce qu’une pièce de monnaie ?

Quoique dans ces bagues, ces grains, ces lingots, nous ayons quelque chose qui se rapproche de ce que nous appelons des pièces de monnaie, il est évident que, pour obtenir une monnaie convenable, nous devons faire quelque chose de plus. L’empreinte doit être gravée non-seulement de manière à certifier la pureté et le poids primitif, mais aussi à empêcher toute altération ultérieure. Monnayer le métal, ainsi que nous comprenons cet art aujourd’hui, c’est en former d’abord des pièces plates dont le contour est circulaire, ovale, carré, hexagonal, octogonal, ou présente d’autres lignes régulières, puis, à l’aide de coins gravés, y imprimer des dessins sur les deux faces, et quelquefois sur les champs. Non-seulement il est très-coûteux et très-difficile de contrefaire des monnaies qui ont été bien frappées de cette manière, mais l’intégrité du dessin nous garantit qu’aucun des possesseurs de la pièce n’en a enlevé de fragment. Le degré même de l’usure (frai) que la pièce doit fatalement subir au bout de quelque temps, peut s’évaluer à peu près quand on considère la netteté ou l’effacement partiel du dessin, et l’aplatissement des arêtes de la tranche. « Les