Page:Joanne, Géographie de l’Isère, 1876.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
18
ISÈRE.

bles, et son cours n’est qu’une succession de défilés obscurs, de bassins désoles, de larges grèves de pierres. La Romanche se forme dans le département des Hautes-Alpes. Dans l’Isère, elle coule dans la combe de Malaval, et passe, par la gorge de l’Infernet, dans la plaine du Bourg-d’Oisans, qui fut le lit du lac de Saint-Laurent ; de là elle s’enfonce dans les gorges de Livet, après quoi elle baigne Vizille et, large d’environ 45 mètres en moyenne, gagne le Drac par le pittoresque passage de l’Étroit. La Romanche reçoit : le Ferrand, descendu des Grandes-Rousses ; le beau Vénéon (40 kilomètres), torrent bleu venu du cirque de la Bérarde par la vallée de Saint-Christophe ; le ruisseau de la Rive, né des belles sources de la Gardette ; la Sarenne, descendue des Grandes-Rousses ; l’Eau d’Olle (36 kilomètres), fort torrent qui descend également des Grandes-Rousses et des montagnes d’Allevard ; le ruisseau de Laffrey, déversoir du lac de Laffrey (150 hectares) et de celui du Petit-Chat.

Le Furon, affluent de gauche, né dans les monts de Lans, se précipite de cascade en cascade au fond de la faille grandiose des gorges d’Engins et du défilé du Passage des portes d’Engins, surplombés par d’immenses roches grisâtres, recouvertes d’une vigoureuse végétation. À Sassenage, il reçoit le Germe ou ruisseau des Grottes, qui sort avec impétuosité, au printemps, de belles cavernes, appelées Cuves, creusées dans le calcaire néocomien supérieur qu’on appelle dans le pays calcaire de Sassenage.

La Vence, affluent de droite, a ses sources et son cours dans le massif de la Grande-Chartreuse. Elle contourne Grenoble au nord, derrière le Rachais et le Néron.

La Roize, affluent de droite, descend également du massif de la Grande-Chartreuse et passe à Voreppe.

La Morge, affluent de droite, fait marcher les nombreuses usines de l’importante ville industrielle de Voiron.

La Fure (40 kilomètres), affluent de droite, sort du lac de Paladru (6 kilomètres de longueur, 1,000 mètres de largeur, 400 hectares, 25 à 30 mètres de profondeur), bordé de collines