Page:Joanne, Géographie de l’Isère, 1876.djvu/37

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
34
ISÈRE.

289,244 du sexe féminin). À ce point de vue, c’est le treizième département. Le chiffre des habitants divisé par celui des hectares donne environ 69 habitants par 100 hectares ou par kilomètre carré ; c’est ce qu’on nomme la population spécifique. La densité de la population dans l’Isère est, par conséquent, égale à celle de l’ensemble de notre pays (68 à 69).

Depuis 1801, date du premier recensement, jusqu’en 1866, l’Isère a gagné 145,498 habitants ; mais depuis elle en a perdu 5,602, par suite de la guerre désastreuse de 1870-1871.

La langue française est comprise et parlée partout dans le département de l’Isère ; néanmoins un patois, dérivé de la langue romane provençale, est employé de préférence par les habitants des montagnes, qui se distinguent par leur accent traînant et les liaisons vicieuses qu’ils établissent entre les mots.

Presque tous les habitants de l’Isère sont catholiques. Sur les 575,784 habitants de 1872, on ne comptait que 4,000 à 4,500 protestants et un très petit nombre d’Israélites. On trouve une colonie de jansénistes qui compose une partie de la population de Notre-Dame-de-Vaulx, canton de la Mure.

Le nombre des naissances a été, en 1865, de 15,290, dont 825 mort-nés ; celui des décès, de 14,264 ; celui des mariages, de 4,752.

La vie moyenne est de 55 ans 2 mois.

Le lycée de Grenoble a compté, en 1875, 369 élèves ; les colléges communaux de Saint-Marcellin, Vienne et Bourgoin, 409 ; institutions secondaires libres, 363 ; écoles primaires, 88,061 ; salles d’asile, 4,507.

Le recensement de 1866 a donné les résultats suivants :

Ne sachant ni lire ni écrire.......... 208,979
Sachant lire seulement........... 95,882
Sachant lire et écrire............ 267,681
Dont on n’a pu vérifier l’instruction....... 4,378
 
  Total de la population civile.... 576,920