Page:Joanne-Géographie du département du Nord,1878.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
14
NORD.

mélanges aux Gallo-Romains, aux Francs, aux Saxons, et plus tard pour une faible part aux Espagnols, ont donné naissance à cette race rude, patiente, industrieuse, qu’on appelle la race flamande.

Soumise, en 445, par Clodion, chef des Francs, cette contrée échut à Clovis, après la mort violente de Khararic, roi de Thérouanne, et de Ragnacaire, roi de Cambrai (507-511). Elle fit naturellement partie du royaume d’Austrasie, lors des partages des fils de Clovis (511) et des fils de Clotaire Ier (561).

Le comté de Flandre se constitue ensuite lentement sous la domination du forestier Lyderik, et des Baudouin, ses premiers comtes. Les Normands apparaissent et, en 881, saccagent Cambrai. En 953, une grande invasion hongroise traverse le pays, brûlant les églises et massacrant les habitants.

Le comte de Flandre, Arnoul le jeune, ayant refusé l’hommage au roi de France, par deux fois le pays est envahi, d’abord par Lothaire, fils de Louis d’Outremer, qui s’empare de Douai et y fait un butin considérable, puis par Hugues Capet ; aux malheurs de l’invasion viennent se joindre la famine, la peste, la guerre civile ; de sorte que la désolation de cette malheureuse contrée est à son comble (964-1036).

Quelques années de tranquillité et de paix, sous les règnes de Baudouin V de Lille, beau-père de Guillaume le Conquérant et tuteur du roi de France Philippe Ier (1060), de Baudouin VI de Mons, mirent un bien court intervalle aux luttes qui ne firent plus qu’ensanglanter le pays (1071). Une bataille eut lieu à Cassel entre Arnoul, fils de Baudouin VI, soutenu par le roi de France Philippe, contre son oncle et tuteur, Robert le Frison. Ce dernier fut victorieux ; il le fut encore, quelque temps après, à Broqueroie, au lieu qu’on nomme les Mortes-Hagès ou les Bonniers sanglants, tant le combat fut meurtrier. Robert ravagea tout le territoire entre Bouchain et Valenciennes et, pour faire oublier son usurpation et ses guerres, il fonda des monastères, bâtit des églises, et fit un voyage en Terre Sainte. Il s’allia avec l’empereur de Constantinople et mourut en 1093.