Page:Joseph Anglade - Grammaire élémentaire de l'ancien français.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

scribe) ; la Vie de Saint Alexis, texte intéressant au point de vue linguistique et littéraire (vers 1040 ; 625 vers en strophes de cinq vers de dix syllabes) ; le Pèlerinage de Charlemagne (vers 1060); la Chanson de Roland (vers 1080[1]).

Les voyelles en latin vulgaire.

Le latin classique avait les cinq voyelles suivantes (longues et brèves) :

ā et ă
ē et ĕ
ī et ĭ
ō et ŏ
ū et ŭ

Dans le latin vulgaire[2] la notion de timbre a remplacé celle de longueur ou de brièveté. Les voyelles ne sont plus longues ou brèves, mais ouvertes ou fermées. Voici un tableau de correspondance des voyelles du latin classique et de celles du latin vulgaire.

Lat. vulg. Lat. clas.
a (ā et ă)
(ē et ĭ, ainsi que œ)
ę (ĕ et æ)
(ō et ŭ)
ǫ (ŏ)
i (ī)
u (ū)
  1. La Chanson de Roland remonte plus haut ; mais le texte le plus ancien qui nous ait été conservé date de cette époque-là.
  2. Du moins en ce qui concerne le latin qui est à la base du français.