Page:Joseph Reinach - Histoire de l’Affaire Dreyfus, Eugène Fasquelle, 1903, Tome 2.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Valville ou Valmont[1], est un nom d’amoureux chez les petits poètes et les romanciers du dix-huitième siècle. L’inconstant héros des Tableaux de Parny s’appelle Valsin[2]. Le nom, de pure fantaisie (Sinval retourné), familier à une lectrice de livres galants, convenait à un enfant adultérin. Le V initial sera devenu W après que Mme Esterhazy eut reconnu son fils, en l’an III, par acte authentique[3]. Le sobriquet romanesque prenait ainsi un faux air magyar[4].

Les Esterhazy d’Autriche ignorèrent d’abord cette branche bâtarde ; ils essayèrent en vain, par la suite, de lui contester le nom qu’elle tenait légalement de Marie-Anne[5].

Mme Esterhazy, après un court emprisonnement sous la Terreur, s’était fixée à Nîmes, où elle vécut jusqu’à un âge très avancé[6]. Walsin y avait épousé, en l’an V, la fille d’un négociant aisé[7] et fit lui-même le

  1. Valmont est le héros des Liaisons dangereuses ; Le Paysan parvenu de Marivaux prend le nom de Valville. On trouve encore Valmiers, Valsinore, Valmor (Valmor et Lydia, par le marquis de Sade).
  2. « Valsin, jamais ton inconstance… — Cependant, Valsin infidèle… — C’est ainsi qu’à la volupté — Valsin préparait la beauté. » (Parny.) — Plus tard, l’orthographe du nom s’altère par étymologie populaire ; Valsin devient Valsain : Chéron aîné, Valsain et Florville, comédie en trois actes et en vers, représentée à l’Odéon, en 1803 ; Béranger : « Mais je vois Valsain paraître. » (Chansons, la Chatte.)
  3. Déclaration de maternité, en date du 6e complémentaire de l’an III de la République, en faveur de Jean-Marie-Auguste Esterhazy, devant Fosquet, notaire public.
  4. Ce faux (en linguistique) ne pouvait faire illusion qu’aux ignorants de la langue hongroise, qui n’admet pas la lettre s sans voyelle intermédiaire.
  5. Assignations du 28 mars 1899 à Christian, et du 28 mars au commandant Esterhazy.
  6. Elle mourut à Nîmes, le 30 janvier 1823, à 81 ans.
  7. Marie-Marthe-Adélaïde Cartier, fille de Vincent Cartier et de Madeleine Devès. — Sur l’acte de mariage, le futur conjoint