Page:Joseph Rosny - Firmin ou le Jouet de la fortune, 1798, I.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE IX.

Monsieur de Stainville se laisse mourir en route. J’épouse sa fille. Nous arrivons à Liège. Une nouvelle disgrace nous force d’en sortir.



Il faut avoir aimé pour se figurer ce qui se passa dans mon cœur lorsque je reçus les témoignages de reconnaissance des deux personnes les plus chères que j’eusse sur la terre. Le Comte sensible au service important que je venais de lui rendre, avait converti sa haine en tendresse, et plusieurs fois il me répéta qu’il