Page:Joubert - Pensées 1850 t1.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




PENSÉES
ESSAIS ET MAXIMES
DE J. JOUBERT.




TITRE PRÉLIMINAIRE [1].

L’AUTEUR PEINT PAR LUI-MÊME.


———


J’ai donné mes fleurs et mon fruit : je ne suis plus qu’un tronc retentissant ; mais quiconque s’assied à mon ombre et m’entend, devient plus sage.


Je ressemble en beaucoup de choses au papillon : comme lui j’aime la lumière ; comme

  1. La plupart des Pensées avaient été, pour une nouvelle édition, disposées dans un meilleur ordre et sous un nombre de titres moins considérable par les soins du premier éditeur. Nous suivons religieusement son travail. Les Pensées inédites sont indiquées par un astérisque.