Page:Joubert - Pensées 1850 t2.djvu/446

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


crime, car il est propre it degodter de tous les autres. Bien n’est d’un cllet utile , en ce genre, comme une longue histoire et des circonstances qui s’accroche,nt l’une l’autre dans la mémoire, ct s’y uttachent de maniere A l’occuper tout entiere , et A etfrayer, pour des années, fimagination méme des scéléruts les plus freids, les plus durs et les plus grossiers. Or, trouvez-moi, dans les causes célebres, uu forfeit qui ait , uutttnt que celui-ci , cemérite et ces camcteres.

Un caructere et un mérite qui sont encore particuliers A cette effroyable monstruosité , c’est d’étre née de cette obscure débauche et de cette obscure usure bourgeoises, les pires des débauches et des usures , qui aveient presque échappé jusqu’ici A l’horreur publique , mais qui enfin ont montré leurs fruits! l

Vous comprenez d’avance A quel point il doit m’impor· i ter de posséder, dans toute leur fidélité et duns toute leur intégrité, les pieces d’un proces, je dirais presque les actes d’un drame dont Felikl théutral me paralt devoir être si salutaire et la moralité si neuve.

On a rassemblé tout cele, A ce que l'on dit, dans l‘imprimerie de Pillet , rue Christine. Pillet occupe votre ancien appartement , et pourreit presque s’appeler votre successeur. Ses presses sont au service d’un journal que vous avez presque créé. Le crime s’est commis dans le territoire qui vous a vu naître. Les juges, les témoins, les coupables et la victime ont été connus de vous. Vous pouvez mieux que personne décider de toutes les vérités de cette affaire. Si donc elles sont contenues, A votre avis, dans ce que Pillet public, abonnez-moi à ce recueil, et faites-le moi envoyer au plus vite. On annonce avec le recueil un portrait de madame Manson; on en annonce un