Page:Joubert - Pensées 1850 t2.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TITRE XXIII.

DES QUALITÉS DE L’ÉCRIVAIN
ET DES COMPOSITIONS LITTÉRAIRES.


I.

Dans les qualités littéraires, les unes tiennent aux organes, d’autres à l’âme, quelques-unes à la culture, quelques autres à la nature. La verve, par exemple, nous est donnée, et le bon goût s’acquiert. L’intelligence vient de l’âme, et le métier de l’habitude. Mais ce qui vient de l’âme est plus beau, et ce qui nous est naturel plus divin.

II.

La verve a plus de mouvement, le goût un mouvement plus ordonné. Il y a dans la première plus de vie, et plus d’âme dans le second.