Page:Joubin - Histoire de la Faculté des Sciences de Rennes.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
− 57 −

On me permettra d’ajouter un dernier détail qui montrera le désintéressement de nos prédécesseurs. On a vu combien leur traitement était maigre ; ils n’hésitèrent pas cependant à s’imposer un lourd sacrifice qui, pour plus d’un, n’était pas sans mérite. Le nombre des préparateurs était tout à fait insuffisant ; il n’y en avait qu’un pour les sciences physiques et chimiques et un autre pour les sciences naturelles. Comme on refusait d’en nommer un troisième, les professeurs de Physique et de Chimie firent sur leurs deniers propres les frais d’un préparateur supplémentaire afin d’avoir chacun le leur. La question d’argent se trouva ainsi résolue au détriment de leur bourse, mais au profit de leur enseignement.

J’ai retrouvé dans les archives de la Faculté des Sciences, une partie des programmes manuscrits, remis par chacun des professeurs au Doyen qui en composa la première affiche des cours de la Faculté. Je n’ai malheureusement pas pu retrouver cette affiche. Il m’a paru intéressant de reproduire ces programmes qui représentent les débuts de l’enseignement de notre Faculté. J’ai pensé que ce serait aussi un hommage rendu à nos prédécesseurs que de reproduire par la photographie les manuscrits autographes de leurs programmes. J’ai choisi ceux de Dujardin et de Malaguti, deux savants dont les noms brillent toujours avec éclat dans la science et sont, sans contredit, les deux plus illustres professeurs de la Faculté des Sciences de Rennes.

Cours de Mathématiques.

Le professeur se propose de donner deux leçons d’analyse par semaine. Elles comprendront le calcul différentiel et le calcul intégral.

Une troisième séance sera consacrée à l’astronomie descriptive.

J.-C. Chenou.