Page:Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750.djvu/12

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750, illust 07.png


LA CHAMBRIERE.


Un jour que Madame dormoit
Monsieur baisoit sa chambriere,
Mais elle qui la danse aimoit
Remuoit fort bien le derriere ;
La galante enfin toute fiere
Lui dit, Monsieur, par vôtre foy,
Qui le fait mieux ? madame ou moy,
C’est toy, dit-il sans contredit,
Vraiment, dit-elle, Je le croy
Car tout le monde me le dit.


LE GASCON.


De Pesenas un citoyen fidelle
Disoit à une jeune jouvencelle
Qu’il avoit dans un jour dix fois donné l’assaut.
Alix loyoit, mon bon ange, dit-elle
Que je voudrois avoir ce qui s’en faut !