Page:Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750, illust 12.png


LE PUCELAGE FEINT.


Quand vous feignez d’être pucelle
Vous me croyez un innocent
En l’âge où vous êtes la belle,
Un Pucelage est indécent
Et tout de bon je vous proteste
Que quand vous en auriez eu cent
Je ne croirois pas maintenant
Que vous en eussiez un de reste.


LES COCUS.


Dans nôtre voisinage, où l’on voit tant d’abus
Disoit Lucas à son Compere,
Sans vous compter, combien comptez vous de Cocus ?
Comment, sans me compter ! reprit l’autre en colere,
Ne vous mettez point en courroux
Dit Lucas, je n’ai pas prétendu vous deplaire,
He bien en vous comptant, combien en comptez vous ?