Page:Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750, illust 13.png


LES ENFANTS DE PAYSANS.


Ah que voila de beaux enfans !
Disoit un grand Seigneur au gros Colas leur pere ;
Qu’ils sont frais, gaillards, puissans !
Nous autres gens de Cour nous voyons au contraire
Les nôtres delicats, foibles et languissans
Toujours mal sains et toujours blêmes.
Comment faites vous donc, vous autres paysans,
Pargué, Monsieur, je les faisons nous mêmes.


LE VIEUX CHAPEAU.


Qui diable ta donné ce chapeau de Cocu ?
Je ne te l’ai point encore vù,
Disoit à son fermier un Juge de Bergame,
C’est dit l’autre, sauf vôtre honneur
Un de vos vieux chapeaux, Monsieur,
Que vient de me donner Madame vôtre femme.