Page:Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750.djvu/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750, illust 03.png


LES PUCELAGES


Apres leur mort où vont les pucelages
En Paradis ? ils tenteroient les Saints.
Descendent ils sur les sombres rivages ?
Si bon morceau n’est fait pour les malins
En Purgatoire ? ils l’ont fait en ce monde ;
Dessous les mers ? ils dessecheroient Londe ;
Où vont ils donc, aux Limbes, le sejour
Des innocens ; ces lieux sont leur patrie
Quand pucelage abandonne le jour
A peine il scait ce que c’est que la vie.


LE LAID VISAGE.


Sincophron aussi laid qu’un Diable
Fait des Enfans aussi beaux que l’Amour
Sur quoi certaine Dame aimable
Lui demandoit un jour,
Comment cela se peut ? c’est, dit le personnage,
Que je n’en fais point avec mon visage.