Page:Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750, illust 21.png


LES FEMMES SONT TOUJOUR PRÊTES.


D’ou vient disoit un jour Janot à Perronelle
Qu’en amour vous goutez plus de plaisir que nous
Et que c’est nous pourtant qui courons apres vous ?
Il est bien aizé ce dit-elle,
D’en deviner la cause, on la voit tous les jours ;
Hé ! pauvres héres que vous ètes
C’est que nous sommes toujours prètes
Et vous ne l’estes pas toujours.


LES FILLES DE JOYE


Belles jupes, beaux cotillons
On remarque aux filles de joye
Tout le reste est en guenillons
Grands manchons, souliers, petite oye,
Alix dit que c’est la raison
Que son devant soit le plus leste
Puis qu’il est maitre en la maison
Et qu’il fait aller tout le reste.