Page:Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750, illust 23.png


LA VENDEUSE DE CITRON


Une fille d’un doux maintien
Vendoit un jour des citrons doux
Un jeune homme lui dit combien
Belle fille les vendez vous.
Je les vend dit elle cinq sous
Cinq sous dit il ; cinq coups de v..
Tenez, Monsieur ils sont à vous
Mais je ne fais point de credit.


LA TASSE CASSÉE


Tu me baille du pied au cu !
Par la sangoi, gros Jean scais tu,
Que tu pairas ma foi la tasse…?
Oüi c’est bien dit si je la casse
Mais je n’en devrois que moitié
Car elle étoit fendue avant le coup de pied.