Page:Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750, illust 26.png


FEMME SEMBLABLE AUX MULES


Certain Gaillard docteur en sus
Dit que femme et mule sont de meme nature
Fantastique a la monture
Et bondissant toujour sitôt qu’on est dessus


PORTRAIT D’IRIS. Epigra.


Lautre jour epanchant cette liqueur divine
Dont nos plaisirs et nous tirons notre origine
Iris qui s’innondoit de ses aimables flots
Fit une si charmante mine
Que l’Amour secri a vite qu’on la dessine
Pour mon cabinet de Paphos.


A UNE LAIDE PU....


Catin vous m’excitez en vain
Ne me touchez pas davantage
Ce que vous faites de la main
Vous le defaites du visage.