Page:Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750, illust 39.png


SONNET.


Elle avoit consacrée et son corps et son ame
A toy Roy de Priape, à toy chaude Venus,
Et les justes loyers qui leur en sont venus
C’est cette mere infecté et le sepulcre infâme.
Hé bon Dieu que de pleurs sur cette bonne Dame
Mil dessus son corps elle avoit soutenus,
Son mary le scachant, et qui ne l’aimoit plus,
S’en arracha le poil, et sa tête diffame,
O Mary bon Mary, vrai portrait d’amitié
Os que tu a perdu ta publique Moitié
Nestime d’en trouver une qui la seconde
Car elle a seulement plus de chaleur au cu
Que toutes les Pu..... qui se trouvent au monde
Aussi t’a t’elle fait un sublime Cocu.