Page:Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

Jouffreau de Lagerie, Le Joujou des Demoiselles, 1750, illust 49.png


EPIGRAMME


Un Cordelier au Coche se trouvant
Pres d’une brune assez vive et gentille
Ne disoit mot : mais cependant le drille
La regardoit, non sans désir ardent :
De son côté la Dame l’agaçant :
Pere, dit-elle, on diroit qu’avez honte.
Reveillez-vous, faites moi quelque conte
Pour m’ebaudir, sans vous faire prier :
Pour Conte non, dit le Moine avec flamme,
Mais beucoup mieux, si vous vouliez, Madame,
Je vous ferois un petit Cordelier.


OBJECTION SANS REPLIQUE.


Ce fut pour pisser seulement
Que le seigneur fit nos Andouilles,
Dit un Carme à son Penitent,
Celui-ci répond : Et les C.... .