Page:Journal asiatique, série 11, tome 19-20.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


MÉLANGES.


SUR

LA LECTURE DU NOM DE
HHr
r
xwf
.
Parmi les tombeaux des princes d’Elephantine découverts à Assouan en 1886[1] se trouve celui d’un certain
HHr
r
xwf
qui explora fort avant la Nubie sous le règne de Pepi ier et rapporta de ses voyages, entre autres curiosités, un destiné à charmer les loisirs du souverain.

Le nom du personnage a été lu, tout d’abord Herchuf[2], puis Hirkhouf[3]. Il me paraît que la lecture en est un peu différente.

Ce nom est à rapprocher, en effet, de celui du pharaon , variante [4]. C’est là, comme on sait, une forme courante obtenue par l’aphérèse d’un nom divin, en l’espèce celui de , et l’apocope du pronom régime de la première personne, . W. Max Müller a montré, le premier [5] qu’il fallait rétablir « Hnwm me protèges, de même qu’il faut suppléer et le pronom dans le nom de « Pth me rend bon ».

  1. Bouriant, Les tombeaux d’Assouan, dans le Rec. de Travaux, X, p. 181-193.
  2. Schiaparelli, Una tomba egiziana inedita della vita dinattia, dans les Mem. della R. Ace. dei Lincei, Ser. IV, t. I, part. I, p. 21-53. passim.
  3. G. Maspero, Hist. anc. des peuples de l’Orient classique, I, p. 430 et suiv.
  4. Cf. H. Gauthier, Livre des Rois, t. 1, p. 74 et 78.
  5. W. Max Müller, Bemerkungen über einige Konigsnamen, dans le Rec. de Trav., t. IX, p. 176-177.