Page:Journal de l’agriculture, juin 1766, T5, P3.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais les données, & l’on en a prévenu, ne sont qu’une hypothèse.

Les divers états de prospérité ou de dépérissement d’une Nation agricole, offrent une multitude d’autres données, dont chacune est le fondement d’un calcul particulier qui lui est propre en toute rigueur. Celles d’où nous sommes partis fixent la règle la plus constante dans l’ordre naturel, à cinq milliards la reproduction totale que la classe productive fait renaître annuellement avec deux milliards d’avances annuelles sur un territoire tel que celui que nous avons décrit. Selon cette hypothèse, les avances annuelles reproduisent deux cent cinquante pour cent. Le revenu des propriétaires peut être alors égal aux avances annuelles. Mais ces données ont des conditions sine quabus non ; elles supposent que la liberté du commerce soutient le débit des productions à un bon prix, par exemple, le prix du blé à 18 liv. le septier ; elles supposent d’ailleurs que le cultivateur n’ait à payer