Page:Julien - Histoire de la vie de Hiouen-Thsang et de ses voyages dans l’Inde.djvu/403

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
303
LIVRE SIXIÈME.

Fa-kiang, de l’arrondissement de Khouo-tcheou ; — Hiouen-tchong, du couvent Yen-khio-sse, de Pien-tcheou ; — Chin-taîy du couvent Pou-khieou-sse, de l’arrondissement de Pou-tcheou ; — King-ming, du couvent Tchin-yu-sse, de l’arrondissement de Mien-tcheou. — Tao-in, du couvent To-p’ao-sse, de l’arrondissement de I-tcheou, etc.

Il arriva en outre neuf religieux d’un mérite distingué, pour retoucher et polir les textes traduits. C’étaient : — Si-hiouen, du couvent Pou-khieou-sse, de la capitale ; — Min-jouî, du couvent Hong-fo-sse ; — Pien-ki, du couvent Hoeî-tchang-sse ; — Taosiouen, du couvent Fong-le-sse, du mont Tchong-nan-chan ; — Tsing-maï, du couvent Fou-tsiu-sse, de Kien-tcheou ; — Hing-yeou, du couvent Pou-khieou-sse, de Pou-tcheou ; — Tao-tcho, du couvent Tsi-yen-sse ; — Hoeï-li^, du couvent Tchao-jin-sse, de Yeou-tcheou ; — Hiouen-tse, du couvent Thien-kong-sse, de Lo-tchepu, etc.

Il vit arriver encore un religieux très-versé dans l’étude des caractères, savoir : le Samanéen Hiouen-ing ; puis un autre religieux habile dans la révision des locutions indiennes et des textes indiens ; son nom était le Samanéen Hioaen-mou, du couvent Ta-hing-chen-sse, de la capitale.

Enfin il reçut, en même temps, les autres religieux qu’il avait demandés, tant pour copier sous sa dictée, que pour mettre les textes au net.

Au jour Ting-mao, le Maître de la loi prit des ma-

1 C’est l’auteur de la première rédaction du présent ouvrage.