Page:Keralio - collection des meilleurs ouvrages francois composes par des femmes tome 3.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Riche fut et de grant scauoir ;
Mais merveilleux fut son auoir.
De ce, ont maint ouy parler,
Si ne quiers son trésor céler,
Car tel auoir digne est de loz,
Tel vertu il ot dire loz. (louange)
[1]

· · · · · · · · · ·

Ne lui failloit paour auoir,
Que nullui emblast son auoir,
Si comme on fait à maint riche homme
Que l’on occit, que l'on assomme
Pour leur auoir, et son murdris maints,
Trop mieux leur voulsit auoir mains. (moins)

Elle décrit ensuite la richesse de son père en pierreries, dont il avoit eu grande quantité, et plus considérables par leur grosseur et leur beauté, que par leur nombre. Entr'autres il en ayoit une, dit-elle, d’un prix plus estimable que toutes les autres ; toute la vertu de l’astrologie judiciaire y étoit attachée ; elle avoit le don de guérir de toutes les maladies, de transporter les terres et dominations, de faire reculer les mers, et de transmuer les métaux. Comment l’insuffisance de ces vertus imaginaires, dans

  1. Lorsqu’il y a plusieurs vers supprimés, ce sont des lacunes que je laisse
    dans le morceau cité, parce qu’elles me paroissent inutiles ou peu agréables ;
    lorsqu’il n’y a qu’un seul vers ou mot d'ôté, c'est que l'écriture en est indéchiffrable, comme je l’ai déjà dit.