Page:Kipling - Du cran.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— imaginez votre Auxiliaire vous disant une chose comme celle-là ! « Ce doit être si intéressant de voler », répétait-il. Toute la Mer du Nord rien qu’un épatant râla de qu’est-ce-qui-va-venir, et ce chiot se plaignant du manque d’intérêt qu’il y trouvait. Voler ! Voler ! Quand moi je n’étais qu’Enseigne — »

Il se tourna avec émotion vers l’Éteignoir, qui l’avait connu dans ce grade en Méditerranée.

« On ne parlait guère de « voler » de notre temps, dit L’Éteignoir d’un ton dolent. Mais je ne vois à mon souvenir rien à part cela que nous n’ayons fait.

— Parfaitement ; mais on nous avait inculqué certaine décence. La nouvelle génération serait incapable de reconnaître la décence même s’ils la rencontraient sur une fourche à fumier. Voilà ce que je veux dire.

— Du temps où moi j’étais Enseigne, commença Jerry pensivement, sur le Polycarp — le pieux Polycarp — Dix-Neuf-Cent-Sept, j’attrapai neuf coups de garcette, et de première, de la main de l’Ancien pour avoir occupé la salle de bain dix secondes de trop. Vingt mi-