Page:Kipling - Du cran.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dernière, sir, et nous — heu — l’avons trouvée dessus.

— Bien, bien, Wilkins. Laissez les feux de mouillage brûler. »

Et le Lieutenant de Vaisseau Commandant H. R. Duckett fit diligence à la suite de son serviteur dans la direction de la gare. Mais pas assez vite pour dépasser les accents d’une mélodie jouée à bord du Phlox sur un accordéon que des voix mâles soutenaient du refrain :

Quand l’voleur a fini d’voler — ’ni d’voler,
Et l’surineur d’suriner — d’suriner,
Il aime entend’ l’eau murmurer —

Sous l’empire soit du remords soit d’une bonté naturelle, Dieu seul le sait, le Lieutenant Duckett sourit au policeman des portes de l’Arsenal.