Page:Kipling - Du cran.djvu/202

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le plan de Mr. Frazer sauva le navire, quoique jusqu’à la moindre particule tout ce qui était bois à l’arrière fût détruit, qu’une vapeur bleuâtre planât sur les baux et crampons de fer chauffés au rouge, et que la mer sur des milles alentour fît l’effet de sang sous la lueur, comme ils pompaient et passaient de l’eau dans des seaux, inondant la poupe, arrosant la cloison de la chambre des machines et mouillant le charbon de l’autre côté, cela tout le long de la longue nuit. Il n’était pas jusqu’aux flancs du navire qui ne fussent chauffés au rouge, si bien qu’ils se demandaient quand ses plaques plieraient et arracheraient les rivets pour livrer toute cette misère aux requins.

Le mât de misaine avait été emporté par la rafale du sept novembre ; le mât d’artimon, comme vous savez, s’en était allé dans le feu ; le grand mât, quoique enveloppé tout autour de couvertures mouillées, était allumé, et il n’était rien à l’arrière de ce grand mât qui ne fût rouge fournaise. Le navire, maintenant à la bande sur la grosse mer, présentait le danger constant de faire une abatée en face du grand vent, ce qui eût conduit de nouveau les flammes vers la