Page:Kipling - Du cran.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


caste, qu’est-ce qu’un honnête homme peut faire ? » répliqua Adam avec le ton et l’accent mêmes d’Imam Din.

Et les sourcils de Strickland se haussèrent.

« Tu causes trop avec la Police, mon fils, dit-il.

— Toujours. De tout, dit Adam promptement. Ils prétendent que quand je serai officier, j’en saurai autant que mon père.

— Dieu t’en préserve, mon petit !

— Ils disent, de plus, que vous êtes aussi habile que Shaitan (le Malin), pour savoir les choses.

— Ils le disent, vraiment ? »

Et Strickland parut content. Si sa solde était mince, il avait sa réputation, qui lui était chère.

« Ils disent encore — pas à moi, mais à un autre, quand ils mangent le riz derrière le mur — qu’au fond de vous-même vous vous estimez aussi sage que Suleiman (Salomon) qui a été mis dedans par Shaitan. »

Cette fois Strickland ne parut pas aussi content. Adam, en toute innocence, se lança dans une longue histoire touchant Suleiman-bin-Daoud, qui jadis, par vanité, mit aux prises ses