Page:Kipling - Du cran.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cain se débarrassa de la jonque dès qu’ils furent au delà de Kedgeree, et la nuit vint et le fleuve parut tout grand et désolé, au point que Jim s’empressa de mettre l’ancre quelque part dans l’eau grise, avec le Feu de Sangor tout là-bas au large vers l’est. Il n’était pas un mètre du Hugli pour lequel il ne professât un grand respect, et il n’avait nul désir de se trouver sur le Sable de Gasper ou toute autre petite barre. Erh-Tze ainsi que l’équipage applaudirent fort à ce trait de connaissance de la mer. Ils n’installèrent pas de quart, n’allumèrent pas de feux, et incontinent allèrent se coucher.

Jim s’étendit entre un cercueil de laque rouge et noir et un petit cochon vivant dans un panier. Dès qu’il fit jour il se mit à étudier sa carte de l’embouchure du Hugli, et à tâcher de découvrir où il pouvait bien se trouver dans le fleuve. Il décida de ne pas s’exposer et d’attendre un autre navire à voiles afin de sortir à sa suite. Sur quoi il fit un énorme déjeuner, de riz et de poisson bouilli, tandis qu’Erh-Tze allumait des pétards et brûlait du papier doré en offrande au Joss qui les avait sauvés jusque-là. Après quoi ils levèrent leur ancre grossière et dégra-