Page:Kipling - Du cran.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


se trouvait là, et Jim sentit des frissons lui grimper dans le dos tandis qu’Erh-Tze lui payait ses cent vingt roupies et qu’il s’en allait par-dessus bord dans certain petit canot décrépit de la jonque. Mac Ewan quittait le quatre-mâts dans une longue, cinglante baleinière, d’aspect pimpant et coquet, et Jim pouvait voir que se manifestait parmi les pilotes, sur le brick, une certaine dose d’émotion. Il y avait là aussi son père. Les misérables bateliers chinois poussaient de bien misérable façon, et Jim se sentit sale et tout honteux lorsqu’il entendit le cliquetis des avirons de Mac Ewan le long du bord, et Mac Ewan dire : « James Trévor, je vous demanderai de vous mettre le long de moi. »

Jim obéit, et du coin d’un œil regarda les favoris courroucés de Mac Ewan se dresser tout autour de sa face, laquelle s’empourpra.

« Et comment se fait-il que vous enfreigniez les règlements du Pôôrt de Calcutta ? Avez-vous conscience des amendes et des peines de prison que vous avez encourues ? » commença Mac Ewan.

Jim ne dit mot. Il n’y avait pas grand’chose à dire pour le moment, et Mac Ewan rugit à tue-tête :