Page:Kipling - Le Second Livre de la jungle.djvu/224

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
213
l’ankus du roi

— Moi aussi, dit Bagheera, derrière le rocher, j’attends, en laissant reposer le bout de la chose à pointe d’épine sur une pierre. Elle glisse, car voici sur la pierre une égratignure. Crie ta voie, Petit Frère.

— Une, deux petites branches et une grosse, ici brisées, — dit Mowgli à demi-voix. — Mais comment expliquer cela !… Ah ! c’est clair maintenant. Moi, le Petit Pied, je m’en vais en faisant du bruit et en piétinant, pour que le Grand Pied m’entende.

Il s’éloigna du rocher, pas à pas, parmi les arbres, en élevant la voix, selon la distance, à mesure qu’il approchait d’une petite cascade.

— Je… m’en vais… très loin… là-bas… où… le… bruit… de… l’eau… qui tombe… couvre… le… bruit… que… je… fais ; et… ici… j’attends. Crie ta trace, Bagheera, Grand Pied !

La Panthère avait sondé le bois dans toutes les directions pour voir comment la trace du Grand Pied l’éloignait du revers du rocher. Enfin, elle donna de sa voix.

— J’arrive de derrière le rocher sur les genoux, en traînant la chose à pointe d’épine. Ne voyant personne, je cours. Moi, le Grand Pied, je cours