Page:Krafft-Ebing - Psychopathia Sexualis, Carré, 1895.djvu/139

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

me donne guère de satisfaction complète, pour les raisons que je viens d’exposer plus haut. Je n’ai jamais obtenu, pas même approximativement, une réalisation directe et véritable de mes imaginations sexuelles. Toutes les fois que je suis entré en relations plus intimes avec une femme, j’ai senti que la volonté de la femme était soumise à la mienne, et jamais je n’ai éprouvé le contraire. Je n’ai jamais rencontré une femme qui, dans les rapports sexuels, aurait manifesté le désir de régner. Les femmes qui veulent régner dans le ménage et, comme on dit, porter la culotte, sont choses tout à fait différentes de mes représentations érotiques. En dehors de la perversion de ma vita sexualis, il y a encore bien des symptômes d’anomalie dans la totalité de mon individualité : ma disposition névropathique se manifeste par de nombreux symptômes sur le terrain physique et psychique. Je crois, en outre, pouvoir constater des anomalies héréditaires de caractère dans le sens d’un rapprochement vers le type féminin. Du moins je considère comme telle mon immense faiblesse de volonté et mon manque surprenant de courage vis-à-vis des hommes et des animaux, ce qui contraste avec mon sang-froid habituel. Mon extérieur physique est tout à fait viril.


L’auteur de cette autobiographie m’a encore donné les renseignements suivants :


Une de mes préoccupations constantes était de savoir si les idées étranges qui me dominent au point de vue sexuel, se rencontrent aussi chez d’autres hommes, et, depuis les premiers renseignements que j’ai obtenus par hasard, j’ai fait de nombreuses recherches dans ce sens. Il est vrai que les observations sur cette question sont difficiles à faire et ne sont pas toujours sûres, étant donné qu’il s’agit là d’un processus intime de la sphère des représentations. J’admets l’existence du masochisme là où je trouve des actes pervers dans les rapports sexuels, actes que je ne peux pas m’expliquer autrement que par cette idée dominante. Je crois que cette anomalie est très répandue.

Toute une série de prostituées de Berlin, de Paris, de Vienne et d’ailleurs m’ont donné des renseignements sur ce sujet, et j’ai appris de cette manière combien sont nombreux mes compagnons de douleur. J’eus toujours la précaution de ne pas leur raconter des histoires moi-même ni de leur demander si telle ou telle chose leur était arrivée, mais je les laissais raconter au hasard d’après leur expérience personnelle.