Page:Kropotkine - L Entraide un facteur de l evolution, traduction Breal, Hachette 1906.djvu/323

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les innombrables sociétés, clubs et unions pour les plaisirs de la vie, pour l’étude, pour les recherches, pour l’éducation, etc., qui se sont développés dernièrement en si grand nombre qu’il faudrait plusieurs années seulement pour les cataloguer, sont une autre manifestation de la même tendance, toujours à l’œuvre pour l’association et le soutien mutuel. Certaines de ces associations, semblables aux couvées de jeunes oiseaux de différentes espèces qui se réunissent en automne, sont entièrement consacrées à partager en commun les joies de la vie. Chaque village d’Angleterre, de Suisse, d’Allemagne, etc., a ses clubs de cricket, de football, de tennis, de quilles, de boules, de chants et de musique.

D’autres sociétés sont bien plus nombreuses, et certaines, comme l’Alliance des Cyclistes[1], ont pris soudain un immense développement. Quoique les membres

    fussent à sa recherche. Le matin suivant il était caché dans un fossé, tout près d’un petit village. Peut-être avait-il l’intention de voler quelques aliments ou quelques vêtements afin de pouvoir quitter son uniforme de prisonnier. Tandis qu’il était couché dans son fossé, un incendie éclata dans le village. Il vit une femme sortir en courant d’une des maisons en flammes, et entendit ses appels désespérés pour sauver un enfant dans les étages supérieurs de la maison qui brûlait. Personne ne bougea pour répondre à son appel. Alors le prisonnier fugitif sortit de sa retraite, s’élança à travers le feu et, la figure brûlée et les habits en flammes, rapporta l’enfant sain et sauf et le remit à sa mère. Naturellement il fut arrêté sur-le-champ par le gendarme du village, qui alors se montra. Il fut ramené à la prison. Le fait fut rapporté par tous les journaux français, mais aucun ne s’employa à demander la libération du prisonnier. S’il avait défendu un gardien contre le coup d’un camarade on aurait fait de lui un héros. Mais son acte était simplement humain, il n’encourageait pas l’idéal de l’État ; lui-même ne l’attribua pas à une soudaine inspiration de la grâce divine ; cela suffit pour laisser cet homme dans l’oubli. Peut-être six ou douze mois furent-ils ajoutés à sa condamnation pour avoir volé « les effets de l’État », l’uniforme de la prison.

  1. En France, le Touring Club.