Page:Kropotkine - L Entraide un facteur de l evolution, traduction Breal, Hachette 1906.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


à le soulever tout droit ; mais alors la barre de fer les empêchait d’achever le sauvetage, et le crabe retombait lourdement sur le dos. Après plusieurs essais on voyait l’un des sauveteurs descendre au fond du réservoir et ramener deux autres crabes, qui commençaient avec des forces fraîches les mêmes efforts pour pousser et soulever leur camarade impuissant. Nous restâmes dans l’aquarium pendant plus de deux heures, et, au moment de partir, nous revînmes jeter un regard dans le réservoir : le travail de secours continuait encore ! Depuis que j’ai vu cela, je ne puis refuser de croire à cette observation citée par le Dr Erasmus Darwin, que « le crabe commun, pendant la saison de la mue, poste en sentinelle un crabe à coquille dure n’ayant pas encore mué, pour empêcher les animaux marins hostiles de nuire aux individus en mue qui sont sans défense[1] ».

Les faits qui mettent en lumière l’entr’aide parmi les termites, les fourmis et les abeilles sont si bien connus par les ouvrages de Forel, de Romanes, de L. Büchner et de sir John Lubbock, que je peux borner mes remarques à quelques indications[2]. Si, par exemple, nous considérons une fourmilière, non seulement nous voyons que toute espèce de travail — élevage de la progéniture, approvisionnements, constructions, élevage des pucerons, etc., — est accomplie

  1. Animal Intelligence, de George J. Romanes, p. 233.
  2. Des ouvrages comme Les fourmis indigènes de Pierre Huber, Genève, 1861 (reproduction populaire de ses Recherches sur les fourmis, Genève, 1810) ; Recherches sur les fourmis de la Suisse de Forel, Zurich, 1874 ; et Harvesting Ants and Trapdoor Spiders de J. T. Moggridge, Londres 1873 et 1874, devraient être entre les mains de tous les jeunes gens. Voyez aussi Les métamorphoses des insectes, de Blanchard, Paris, 1868 ; Les souvenirs entomologiques, de J.-H. Fabre, 8 vol., Paris, 1879-1890 ; Les études des mœurs des fourmis, d’Ebrard, Genève, 1864 ; Ants, Bees and Wasps, de John Lubbock et autres analogues.