Page:Kropotkine - Mémoires d’un révolutionnaire.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


suédoise de Russie ; il sortit immédiatement et écrivit à l’héritier une lettre où il lui demandait de faire des excuses dans les vingt-quatre heures, ajoutant que s’il n’obtenait pas satisfaction il se tuerait. C’était une espèce de duel japonais. Alexandre Alexandrovitch n’envoya pas d’excuses et l’officier tint parole. Je le vis chez un de mes amis intimes, avec lequel il était lui aussi très lié. Il s’attendait à tout instant à recevoir les excuses. Le lendemain il était mort. Le tsar fut fort irrité contre son fils et il lui ordonna de suivre le cercueil de l’officier au cimetière. Mais cette terrible leçon ne suffit même pas à corriger le jeune homme de cette hauteur et de cette impétuosité qu’il tenait des Romanovs.