Page:Kropotkine - Mémoires d’un révolutionnaire.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Chapitre VI


LIVRES INTERDITS INTRODUITS PAR CONTREBANDE. — LE NIHILISME. — MÉPRIS DE LA FORME EXTÉRIEURE. — LE MOUVEMENT « VERS LE PEUPLE ». — LE CERCLE DE TCHAÏKOVSKY. — COURANTS POLITIQUES ET SOCIAUX. — PAS D’ESPOIR DE RÉFORMES. — LA PERSONNE DU TSAR PROTÉGÉE PAR LA JEUNESSE.


Pendant mon voyage j’avais acheté un certain nombre de livres et de collections de journaux socialistes. En Russie ces sortes d’ouvrages étaient rigoureusement prohibés par la censure ; et quelques-unes de ces collections de journaux, quelques-uns de ces rapports des congrès internationaux étaient introuvables, même en Belgique et à des prix élevés. « Dois-je m’en séparer alors que mon frère et mes amis auraient tant de plaisir à les lire à Pétersbourg ? » me demandais-je ; et je résolus de les introduire en Russie d’une façon ou de l’autre.

Je retournai à Pétersbourg, via Vienne et Varsovie. Des milliers de juifs vivent de contrebande sur la frontière polonaise et je pensais que si je réussissais à en découvrir un seul, mes livres seraient transportés en toute sûreté au-delà de la frontière. Cependant il ne me semblait pas pratique de descendre à une petite station près de la frontière pour y chercher un contrebandier,