Page:Léger - Recueil de contes populaires slaves, 1882.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XV

LA MONTRE ENCHANTÉE

(CONTE BOHÊME)



Il y avait une fois un homme fort riche qui avait trois fils. Il envoya l’aîné courir le monde : le garçon resta trois ans parti. Puis il revint superbement vêtu, et son père, pour le récompenser de sa belle conduite, donna en son honneur un grand festin auquel tous les parents et amis furent conviés.

Après ce festin, le second frère pria le père de le laisser aller par le monde. Le père s’en réjouit, lui donna largement de quoi faire son voyage et lui dit : «  Si tu te conduis aussi bien que ton frère aîné, je te ferai honneur comme à lui. » Il promit à son