Page:Léo Taxil - La Vie de Jésus.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
109
LA VIE DE JÉSUS

Il toussa quelques hum ! hum ! ce qui eut pour résultat d’arrêter le mouvement des chaises dans la synagogue. À ce moment, on eût entendu voler une mouche.

Le Verbe se recula d’un pas, passa la main dans sa barbe, appuyant son divin menton sur sa divine poitrine, puis brusquement s’avança, déploya le bras avec un geste à effet, et prononça ces admirables phrases :

— Mesdames !… Messieurs !… Celui qui paraît aujourd’hui devant vous n’est pas, comme vous vous l’imaginez sans doute, habitué aux luttes oratoires, et il réclame tout d’abord l’indulgence de ses auditeurs… Non, mesdames, non, messieurs, je ne suis point orateur… Nourri dans la charpente, je n’ai pas tété, dès mon bas âge, le lait de la rhétorique… Je laisse aux scribes et aux pharisiens les artifices de langage, et si, malgré mon insuffisante éloquence, je parviens à vous intéresser quelque peu, je m’estimerai très heureux et très fier…

Il s’arrêta une seconde pour juger du résultat de son exorde. Les hommes ouvraient pour la plupart un large bec et admiraient ce début plein de réserve et de modestie. Les femmes reluquaient Jésus du coin de l’œil et se disaient en elles-mêmes :

— Quel adorable prédicateur il fait ! Il est charmant, il s’exprime avec une grâce enivrante, il est divin.

Jésus fut satisfait ; il reprit :

— Je vous remercie, mesdames et messieurs, de la bienveillante attention que vous daignez me témoigner. Tous mes efforts tendront à ne pas démériter de vos bontés…

Nouveau petit temps d’arrêt. Hum ! hum !

Après quoi, abordant vivement le sujet, il s’écria :

— Il y a des moments dans la vie des peuples où la chenille devient papillon. Au contact de la divinité qui se révèle, les populations secouent leur torpeur, se lèvent et marchent à la conquête des horizons nouveaux. Le pauvre, naguère obscur, brille tout à coup d’un éclat fulgurant, et le riche, intimidé, entre dans sa coquille…

— Très bien ! très bien ! murmurèrent quelques enthousiastes.

— À ce moment, la parole de Dieu, au lieu de se contenter d’effleurer seulement l’écorce de l’âme, pénètre jusqu’au fond des cœurs pour y répandre la persuasion. Les déshérités de l’état social, subitement illuminés par l’esprit d’en-haut, comprennent qu’une mission leur incombe, et, brisant leurs chaînes…

À ce mot, Jésus fut interrompu par un cri parti d’un coin de la synagogue. Le Verbe s’arrête net, les auditeurs grimpent sur leurs chaises pour voir quel est l’effronté qui s’est permis de couper une si éloquente parole.

— À la porte, l’interrupteur ! crient quelques-uns.

— Rendez-lui son argent, et qu’il s’en aille ! glapissent d’autres.