Page:Léon Palustre - L’Architecture de la Renaissance.djvu/201

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
201
LIVRE II.

géminés, et devant lesquelles se décrochent des balcons de pierre portés en encorbellement. La toiture, au lieu de s’appuyer directement sur la corniche, repose à une assez grande hauteur sur des colonnettes qui continuent l’ordonnance et produisent le plus étrange effet.

Fig. 52. — Plan de Fontainebleau.

On ne s’explique bien cette disposition inattendue qu’en pénétrant à l’intérieur de l’édifice. Alors apparaît une construction du xve siècle que François Ier se contenta tout d’abord de faire habiller sur ses deux faces à la mode du jour. Mais bientôt sans doute ce corps de bâtiments parut trop étroit. La terrasse qui s’étendait entre la tour du Moulin et la salle des États fut sacrifiée, et la façade que nous voyons aujourd’hui s’éleva à son aplomb extérieur. Un problème toutefois restait à résoudre. À moins de donner à la nouvelle construction une hauteur démesurée, il paraissait impossible de racheter la déclivité du sol. Cette difficulté,