Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


100 I-ES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI

centre du monde. Elle augmente l'humeur de tous les corps moux ; rien en elle ne con- serve sa première forme. Aucune chose plus légère qu'elle ne la pénètre sans violence ; elle s'élève par la chaleur en subtile vapeur. Le froid la congèle, l'immobilité la corrompt. Elle prend toute odeur, couleur et saveur et n'en a point par elle-même, elle pénètre tous les corps poreux. Contre sa fureur aucune défense humaine ne prévaut. Dans son mou- vement elle soutient des choses plus lourdes qu'elle. Elle bondit aussi haut qu'elle s'est abaissée. Elle submerge, en se précipitant, les choses les plus légères. Sa course est tantôt à la surface, tantôt au milieu, tantôt au fond. L'eau basse ronge les rives, plus si elle est haute; ses parties supérieures ne pè- sent pas sur ses inférieures.

��Perspective.

��27

��27 V

��Pour les trois divisions du visage, quand l'œil du portraitiste est à la même hauteur

�� �